EN | FR

Fukushima



Une agression de la nature, des erreurs humaines …

[En bas de page, on trouvera une documentation de qualité sur l'évolution de la situation à Fukushima. On trouvera également un récit de l'accident mis à jour tout au long de l’année 2011 à la page : Fukushima - Chronologie]

Plusieurs années se sont écoulé depuis l’accident de Fukushima. Comment en résumer ses aspects multiples ! Quelles en sont les causes, les circonstances, les conséquences humaines et environnementales ? Pouvait-il être évité ? Quelles sont les responsabilités ? Quels enseignements tirer pour éviter qu’il ne se reproduise ?

Le 11 mars 2011, la sûreté des réacteurs nucléaires a subi le baptême du feu d’un cataclysme majeur : un tremblement de terre de magnitude 8,9 suivi d’un tsunami qui a ravagé les côtes du Japon, causant près de 30 000 morts et disparus.

Réacteurs endommagés
Sur cette photographie, de la fumée s’échappe du toit du réacteur N°3 qui vient d' être soufflé par une explosion, après celui de l’unité 1 quarante heures auparavant. L’explosion qui devait survenir sur le réacteur N°2 ne s’est pas encore produite. Ces explosions qui ne sont pas d’origine nucléaire sont dues à des quantités importantes d’hydrogène produites du fait de l’absence prolongée de refroidissement et qui se sont accumulées et propagées.
Source : Japan Atomic Industrial Forum, Tepco

Notre occident vieillissant, en proie à ses peurs, a oublié ces morts et disparus , obnubilé qu’il est par ce qui touche au nucléaire. Il en oublie que l’accident de la centrale de Fukushima n’a probablement pas ou très peu coûté de vies humaines pour ce qui est de la radioactivité.

L’accident est un accident de refroidissement comme celui survenu en 1979 à Three Mile Island aux Etats-Unis. Il n'y a pas eu d'explosion atomique ! Les réacteurs se sont arrêtés automatiquement lors du tremblement de terre et avec eux les fissions nucléaires. Mais les désintégrations radioactives continuent de dégager de la chaleur. Il est impératif de refroidir. Or la vague du tsunami a endommagé et inondé les circuits de refroidissement et installations de secours, conduisant à une perte totale des alimentations électriques et des moyens de refroidissement principaux durant de longues heures.

A ces pannes multiples s’ajoutent des conditions d’intervention dramatiques. Villes et villages de la côte ont été dévastées par le tsunami, les routes sont impraticables. Les premières équipes doivent intervenir alors que leurs vies ont été bouleversées et que les familles sont à la recherche de proches disparus.

L’accident est la preuve que les scénarios extrêmes peuvent arriver, avec la concomitance de multiples pannes. La conduite à tenir dans de telles circonstances n’avait pas été envisagée et la gestion de la crise et de ses multiples rebondissement s’est effectuée "au doigt mouillé".

Concomitances de multiples pannes …
La figure illustre la concomitance de multiples pannes. La perte de l’alimentation électrique due au tremblement de terre a été suivie par l’inondation des diesels de secours et des réserves d’eau de refroidissement. Durant les premiers jours il a fallu intervenir dans le noir au propre et au figuré, sans information précise sur l’état des réacteurs. Plus tard les débris résultant de l’explosion d’hydrogène qui souffla la partie supérieure du réacteur N°3, entravèrent le refroidissement du réacteur N°2, interruption qui fit à l’origine des contaminations dans l’environnement.
Source : ARAVA/TEPCO

On peut jeter a posteriori un regard effrayé sur cette gestion. Cependant, les dispositifs existants quoique insuffisants ont porté leur fruit et atténué l’accident. Les enceintes de confinement ont joué leur rôle ; le gros de la radioactivité est resté dans ces enceintes ; quatre jours se sont écoulés avant le principal rejet de radioactivité donnant le temps de mettre à l’abri les populations.

Les cœurs des trois réacteurs accidentés de la centrale de Fukushima-Daiichi sont restés de longues heures sans apport d’eau. De ce fait les barres de combustibles se sont découvertes dans les cuves des réacteurs. Insuffisamment refroidies, leur température a dépassé 1000°C. Les gaines enrobant le combustible nucléaire ont perdu de leur étanchéité et ont réagi avec de la vapeur en dégageant de l’hydrogène. Ce gaz s’est retrouvé dans les étages supérieurs des réacteurs 1 et 3 où il a explosé au contact de l’air.

Le déroulement de l’accident est extrêmement complexe avec toute une suite de rebondissements. C’est ainsi par exemple que les débris de l’explosion du toit du réacteur N°3 obligèrent d’interrompre le refroidissement de secours du réacteur N°2 voisin causant dans ce réacteur une explosion tardive qui aggrava l'accident. Si le refroidissement du N°2 n'avait pas été interrompu, la pollution de l’environnement serait restée probablement faible.

Dépôts radioactifs
Le principal héritage de l’accident pour l’environnement est une zone de forte contamination. Cette zone à la forme d’une bande de quelques km de large et d’une quarantaine de km de long dirigée vers le nord-ouest. L’accident survenu le 15 mars 2011 sur le réacteur N°2 est le responsable des dépôts radioactifs. La superficie de la zone (en rouge, jaune et verte sur la carte) est à comparer aux zones de contrôle spécial SCZ définies après Tchernobyl, dont la superficie est d’environ 10 000 km2
Source : Japan Science Ministry

Quelles sont les responsabilités humaines ? Soyons d'abord reconnaissants au dévouement des équipes qui se sont battues pour maîtriser l’accident dans des conditions difficiles et n'oublions pas l'adage antique : La critique est aisée, l’art est difficile (Polybe). Ceci dit, les responsabilités des dirigeants sont lourdes. Un rapport du parlement japonais juge sévèrement la collusion en matière de régulation du gouvernement d'alors et de l'exploitant . Au Japon, l’Autorité de Sûreté – la NISA – dépend du tout puissant Ministère du Commerce et de l’Industrie, le mythique MITI. L’invocation des fureurs de la Nature et du « Sotegai » - l’imprévu –, ne doit masquer les défaillances. Le financier l'a emporté sur l'ingénieur, la rentabilité sur la sûreté. Des avertissements ont été ignorés, les risques de tsunami minimisés.

Située au nord du Japon, la centrale nucléaire d’Onagawa, la plus proche de l'épicentre du tremblement de terre et soumise à des secousses encore plus violentes, n'a pas subi de dommages majeurs car conçue avec des marges de sécurité suffisantes. La centrale d'Onagawa a enregistré des secousses sismiques qui ont dépassé sa capacité nominale, et le sous-sol de l'un de ses bâtiments des réacteurs a été inondé. Mais l'usine a maintenu sa capacité de refroidissement, ses réacteurs se sont arrêtés sans dommages à leurs cœurs ni dommages importants aux systèmes de sécurité.

Si l’exploitant de la centrale, TEPCO, avait érigé une digue plus élevée, prévu des alternateurs et des réserves d’eau à l’abri des inondations, installé les recombineurs d’hydrogène préconisés par l’AIEA, il aurait évité la perte de trois réacteurs, sa ruine peut être. Il aurait surtout évité les contaminations radioactives nécessitant l’évacuation de 170 000 personnes autour de la centrale.

Si les pertes en vies humaines dues à la radioactivité seront probablement minimes, les conséquences sont lourdes pour la société et l'économie japonaise. Il y a d'abord le coût humain des évacuations et des déracinements, celui des décontaminations. Puis du fait de l'arrêt des réacteurs japonais (il est question de les remettre en service en partie), il a fallu importer de grandes quantités de gaz et de pétrole pour produire de l'électricité. En avril 2014, le déficit commercial du Japon avait quadruplé. Enfin, le recours aux centrales thermiques accroit l'effet de serre et le réchauffement climatique.

Il y eut une succession impressionnante de multiples péripéties, une gestion approximative doublée d’une culture du secret « d’état » et un manque de transparence. Faut-il pour autant remettre en cause définitivement les mérites d'une filière longtemps symbole de progrès ? L’examen des causes et des circonstances montre qu’il aurait suffi de relativement peu pour éviter l’accident ou beaucoup l’atténuer…. Il faut faire confiance à l’intelligence humaine et tirer avec sang-froid les enseignements de l’évènement.

Bilans et états des lieux :

Le lecteur intéressé par les suites de l'accident de Fukushima pourra consulter les bilans et documents suivants, établis par des ingénieurs compétents, dont les plus récents :

- Fukushima 2017 : Etat des lieux et perspectives , par J-P Pervès, V.Faudon, Th.Hurel (pdf - mars 2017)
- Fukushima, 5 ans après, Jean-Pierre Pervès et Maurice Mazière (GR21) (RGN mars 2016)
- Is Fukushima's exclusion zone doing more harm than radiation?, mars 2016, Rupert Wingfield-Hayes (BBC News, Tokyo)

Et :
- FUKUSHIMA 2014 : état des lieux, perspectives en 10 questions, B.Barré et J-P Pervès, RGN N°1 janvier-février 2014 (pdf)
- Fukushima, 4 ans après, Isabelle Jouette (RGN mars 2015)

On pourra lire enfin une intéressante comparaison par l'IRSN des accidents de Tchernobyl et de Fukushima ainsi qu'un bilan et état des lieux sur l'accident de Fukushima publiés en Avril 2014 par la Revue Générale Nucléaire :

Conférence IRSN, octobre 2012 Comparaison Tchernobyl-Fukushima, Didier Champion
RGN, N°1 janvier-février 2014 FUKUSHIMA 2014 : état des lieux, perspectives, B.Barré et J-P Pervès