EN | FR

Accidents soviétiques anciens



Un site secret de fabrication de l'arme atomique de l'URSS

La seule possession de la bombe atomique à la fin de la seconde guerre mondiale donnait aux Etats-Unis un avantage stratégique tel que le gouvernement de l'URSS se lança de toute urgence dans un programme de production d'armes nucléaires. Malgré les difficultés économiques, une pénurie de spécialistes, la mise en œuvre de ce programme fut rapide et le 29 août 1949 l'URSS testait sa première bombe atomique sur le site de Semipalatinsk. Dans le cadre de l'Uranium Project, la construction de deux usines d'enrichissement de l'uranium et de production de plutonium militaire fut entreprise à l'automne 1945. La première unité de production de plutonium, construite au sud de l'Oural entre Yekaterinbourg et Cheliabinsk, devint un complexe industriel connu sous le nom de Mayak. Longtemps connue par son code postal (Chelyabinsk-40, Chelyabinsk-65), cette cité secrète est appelée depuis 1994 Ozersk.

Le premier réacteur divergea le 8 août 1948, suivi de 3 autres réacteurs entre 1950 et 1952. Ces quatre réacteurs à l'uranium naturel et modérés au graphite utilisaient directement l'eau d'un lac, le lac Kyzyltash pour leur refroidissement. L'usine radiochimique pour l'extraction du plutonium à partir du combustible irradié fut mise en service en décembre 1948.

Premiers aménagements
En octobre 1951, alors que l'on venait de prendre conscience de décharges sauvages et incontrôlées dans la rivière, des mesures commencèrent à être prises pour réduire la pollution de l'environnement. Les déchets radioactifs furent collectés dans un réservoir artificiel clos connu sous le nom de lac Karachai. A la sortie du Kysyltash sur les rives duquel se trouvaient les réacteurs, un étang - l'étang de Koksharov - fut créé pour empêcher l'arrivée directe d'un flux d'éléments radioactifs au village de Metlino qui avait été évacué.
R.Wilson et al
Les premières années d'exploitation du complexe furent marquées par deux rejets majeurs de radioactivité dans l'environnement, le premier dû à la contamination entre 1949 et 1956 de la rivière Techa qui traverse le complexe et le second à l'explosion d'un réservoir à Kyshtym en 1957.

Les rejets d'activités dans la rivière Techa ont été multiples. Etalés sur plusieurs années, ils ont atteint leur maximum en 1951. Ils sont estimée au total à environ 100 PBq, ceux de Kyshtym à 70 PBq.

La radioactivité très élevée observée sur le cours supérieur de la Techa en 1950-1952 devint un risque majeure pour les riverains, pour qui la rivière constituait la principale et parfois l'unique source d'approvisionnement en eau. A partir de l'automne 1951 il fut officiellement interdit de boire l'eau de la Techa, d'y nager et de l'utiliser pour l'agriculture ou à des fins domestiques. Ensuite il fallut procéder à l'évacuation du village de Metlino, le plus exposé, suivie de celle d'autres villages. Malgré la réduction des décharges de radioactivité dans la rivière, les concentrations d'éléments radioactifs dépassaient encore les niveaux admissibles. Il fut décidé de construire des barrages et des ouvrages hydrauliques destinés à isoler complètement le site de Mayak et le cours supérieur de la rivières. Ces travaux d'isolation furent terminés en 1963.
Ruines du village de Metlino
Le village de Metlino, le plus en amont sur la rivière Techa, était le plus proche du complexe de Mayak. Très exposé, il fut le premier à être évacué en 1951. Ses bâtiments furent rasés à l'exception d'un moulin et de l'église.
Urals Research Center for Radiation Medicine
Sur le site même du complexe, plusieurs centaines de travailleurs développèrent des symptômes alors inconnus et attribués à des expositions prolongées à des doses supérieures aux normes admissibles. Aujourd'hui un technicien ayant subi une dose accidentelle importante est assigné à des tâches n'impliquant pas de nouvelles expositions. Mais à Mayak entre 1949 et 1955, de telles précautions n'avaient pas cours. De nombreuses personnes travaillant auprès des réacteurs et de l'usine d'extraction du plutonium ou encore des villageois résidant le long de la rivière reçurent des doses importantes plusieurs années de suite.

Pour des raisons de secret militaire, il n'était pas fait mention de "chronic radiation sickness" dans les dossiers médicaux des patients qui ne devaient pas être informés de leur maladie. Il était seulement question de syndrome asthéno-végétatif ou de "maladie spéciale". Environ 28,000 habitants des villages situés le long de la rivière accumulèrent au fil des ans en moyenne des doses de 0,3 Sv supérieures à la norme correspondante admise pour le public of 0.05 Sv (Sievert).

Au sein de la cohorte des populations exposées aux radiations sur les rives de la Techa et qui furent médicalement suivis - environ la moitié de la population - on a noté un excès significatif de leucémies (21 cas sur 50) et un excès non significatif de 30 cancers solides sur un total de 969.

2017 : Lointaine réminiscence des accidents de Mayak, la présence excessive de Ruthénium-106 dans l'atmosphère européenne est détectée par L'IRSN à la fin septembre 2017. Les analyses situent la source de cet excès entre la Volga et L'Oural. Le ruthénium-106 est un produit de fission de courte durée - un an de période radioactive - parfois extrait pour des applications médicales. La présence de ce ruthénium ne peut être attribuée à un accident de réacteur, auquel cas elle aurait été accompagnée de celle de césiums radioactifs. Il pourrait s'agir d'un accident survenu dans une installation de traitement de combustibles nucléaires usés ou de fabrications de sources radioactives pour la médecine ou des recherches. L'origine en reste à ce jour enrobée de secret. Heureusement la quantité de Ruthénium-106 relevée dans l'atmosphère, de quelques millièmes de becquerels par millimètre cube d'air, n'a présenté aucun risque pour la santé des populations européennes.

SUITE: Rivière Techa
SUITE: Explosion de Kyshtim
SUITE: Compléments .sur l'accident de Mayak.