EN | FR

Chronologie (DRPK)



La Corée du Nord souffle le chaud et le froid ...

Sceaux brisés
Les inspecteurs de l’AIEA utilisent de tels sceaux métalliques pour mettre sous scellés les équipements non autorisés des installations nucléaires qui sont sous leur surveillance et qu’ils visitent périodiquement. Ces sceaux furent brisés en Corée du Nord, quand la République Populaire annonça en janvier 2003 qu’elle quittait le Traité de Non Prolifération (TNT), puis en février qu’elle réactivait ses installations nucléaires
Hansen/IAEA

- 12 mars: 1993 : La Corée du Nord, soupçonnée de mettre au point des armes nucléaires, annonce son retrait du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), avant de suspendre sa décision en juin à l'issue de négociations avec les Etats-Unis

- 17 octobre 1994 : Pyongyang et Washington signent à Genève un accord dans lequel la Corée du Nord s'engage à geler et éventuellement démanteler son programme d'armement nucléaire en échange d'aide internationale pour la construction de deux réacteurs producteurs d'énergie

- 24 septembre 1999 : Suite à l’annonce d’un le premier allégement de sanctions économiques depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, Pyongyang accepte de geler les essais de missiles longue portée pendant la durée des négociations. Le 15 décembre, un consortium international américano-asiatique signe un contrat de 4,6 milliards de dollars pour la construction de deux réacteurs en Corée du Nord

- 29 janvier 2002 : M. Bush définit la Corée du Nord, l'Irak et l'Iran comme faisant partie d'un "axe du Mal"

- 16 octobre 2002 : des responsables américains révèlent que la Corée du Nord reconnaît avoir un programme secret d'enrichissement de l'uranium. Le 11 décembre, Pyongyang annonce la relance des activités de la centrale de Yongbyon, gelées en vertu de l'accord de 1994. Le 30, les inspecteurs en désarmement de l'AIEA sont expulsés.

- 10 janvier 2003 : la Corée du Nord annonce qu'elle va quitter le TNP et annonce le 6 février la réactivation de toutes ses installations nucléaires

- 27-29 août 2003 : premier round des pourparlers à six sur le nucléaire nord-coréen, réunissant les deux Corée, la Chine, le Japon, la Russie et les Etats-Unis

- 10 février 2005 : Pyongyang annonce disposer de l'arme nucléaire

- 19 septembre 2005 : Pyongyang s'engage à démanteler ses programmes nucléaires en échange d'une promesse d'assistance énergétique. Washington s'engage à ne pas envahir le pays et à respecter sa souveraineté.

- 5 juillet 2006 : Pyongyang tire sept missiles dans la Mer du Japon, y compris un missile longue portée, s'attirant la condamnation de la communauté internationale et un résolution du Conseil de sécurité.

- 9 octobre 2006 : Pyongyang annonce avoir procédé à son premier essai nucléaire.

- 13 février 2007 : Après une série de pourparlers à six sans résultat en décembre, puis une rencontre entre émissaires américains et nord-coréens en janvier, Pyongyang accepte, lors d'une nouvelle série de pourparlers à six, d'entamer les premières étapes d'un désarmement, y compris la fermeture de sa principale centrale nucléaire sous 60 jours, et l'éventuel démantèlement de son programme en échange d'une aide équivalente à un million de tonnes de fuel lourd.

- 14 juillet 2007 : première livraison de 6.200 tonnes de fuel lourd. Quelques heures plus tard, la Corée du Nord annonce la fermeture du réacteur au plutonium de Yongbyon. Les inspecteurs de l'AIEA arrivent à Pyongyang et confirment le 17 août 2007 la fermeture de quatre installations nucléaires à Yongbyon et de la centrale nucléaire en construction à Taechon.

Installations nucléaires nord-coréennes
En médaillon, vue extérieure du réacteur de Yongbyon où le plutonium de qualité militaire aurait été produit.
Center for Nonproliferation Studies Monterey Institute of International Studies
Cette chronologie est un résumé d'une chronogie tirée d’une dépêche de l’Associated Press