EN | FR

En Suède et Finlande



Suède et Finlande : une gestion considérée comme modèle

Silo de déchets au SFR
Le centre de stockage de la centrale de Forsmark intitulé SFR accueille définitivement les déchets de faible ou moyenne activité à vie courte dans des cavités creusées dans le granit à une profondeur d'environ 50 mètres.
SKB
Schéma du SFR
Les déchets de faible et moyenne activité à vie courte provenant des centrales, des hôpitaux ainsi que des industries ou de la recherche sont envoyés au SFR, une installation de stockage définitif de ces déchets. Cette installation a été construite entre 1982 et 1988 à une profondeur de 50 à 100 mètres dans le soubassement rocheux, à 1 kilomètre de la côte, sous la mer Baltique, au large de la centrale de Forsmark. Le dépôt se fait dans des cavités creusées dans la roche selon des configurations dépendant du type de déchets à recevoir. Cette installation fonctionne maintenant depuis près de 20 ans
©SKB/ Jan M Rojmar
La Suède est probablement un des pays d’Europe où la gestion des déchets radioactifs est la plus avancée et bénéficie d’un consensus qui suscite l’admiration et l’envie des autres nations.

Le nucléaire représente la moitié de l'électricité produite en Suède, l'autre provenant de l'hydroélectrique. La consommation d'électricité par habitant est de 40 % supérieure à ce qui existe en France. La Suède dépend donc toujours, et pour longtemps encore, de l'énergie nucléaire, un paradoxe pour une nation qui avait été la première en 1980 à déclarer vouloir se passer de cette énergie, un objectif dont on ne parle plus beaucoup.

En Suède, comme en Finlande, les déchets de faible et moyenne activité sont stockés à faible profondeur dans des silos souterrains creusés dans le granit près des centrales.

Le parc suédois ne comportant que 12 réacteurs, il a été jugé préférable de ne pas retraiter le combustible irradié. Aux termes de la loi, les propriétaires de centrales sont responsables de la manutention et de l'évacuation sûres de leurs déchets radioactifs. Les 4 compagnies qui possèdent des centrales nucléaires se sont réunies pour former en 1972 un organisme commun, le SKB.

Le SKB a mis au point un système pour la gestion de tous les déchets radioactifs. Ses tâches principales sont la recherche, la préparation, la construction et l'exploitation des installations indispensables à la manutention et à l'évacuation sûres du combustible irradié et de l’ensemble des déchets radioactifs. Un fonds spécialement dédié au programme de gestion des déchets radioactifs est en place depuis 20 ans pour assurer les ressources nécessaires.

Les grandes piscines d’entreposages du CLAB
Le SKB gère également le Clab, un centre d’entreposage à faible profondeur construit pour accueillir, dans des piscines souterraines, les combustibles usés des réacteurs suédois. Le Clab, installation centralisée d’entreposage en piscine, est situé sur le site nucléaire de Oskarshamn. Il est opérationnel depuis 1985.Sa capacité a été portée à 8000 tonnes de combustibles entreposés.
SKB

Les deux principales installations sont un centre de stockage pour les déchets peu radioactifs, le SFR et un centre d’entreposage pour les combustibles usés, le CLAB. Le SFR et le CLAB ont en commun d’être des centres souterrains creusés à faible profondeur dans le granit, d’être construits à côté de deux centrales à Forsmark et Oskarshamn, et de fonctionner sans accidents depuis vingt ans.

Cela leur vaut de bénéficier de l’appui des populations locales : en 1982, le SKB était perçu comme un intrus venu perturber la vie de communautés tranquilles; en 2005, les deux communautés de Forsmark et Oskarshamn étaient en compétition pour un site de stockage.

Le site finalement retenu pour implanter ce stockage est celui de Forsmark. L'autorisaion pour la réalisation de ce centre est attendue à la fin de 2017. Le début de construction est prévu d'ici 2020 et son exploitation vers 2025. Ce consensus tranche avec les oppositions qui empêchèrent par exemple en France les études d’un site granit dans le Limousin. Jules César ne décrivait-il pas il y a 2000 ans les anciens Gaulois comme querelleurs et batailleurs ! ...

La Suède dispose depuis 1995 à proximité d'Oskarshamn d’un laboratoire souterrain conçu pour mener des recherches. Le laboratoire souterrain d'Aspö construit à une profondeur de 460 mètres sert aux études sur le stockage en milieu granitique roche et le comportement de cette roche vis-à-vis des radioéléments, à la mise au point des équipements de manutention. Il est visité par plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque année.

Suède : des conteneurs en cuivre pour le stockage
La Suède, qui n’a pas l’intention de retraiter ses combustibles usés, a mis au point un procédé de stockage. Des conteneurs d’assemblage en acier noir sont insérés dans des sur-conteneurs à enveloppe externe en cuivre. Les sur-conteneurs destinés à être stockés dans le granit, seule formation géologique disponible en Suède, seront logés dans des alvéoles comblées par de la bentonite, une argile qui, une fois saturée d'eau, est totalement imperméable, ce qui permettra d'empêcher la circulation d'eau naturelle dans le granit d'atteindre les colis.
SKB

En Finlande : le projet Onkalo Le premier site de stockage permanent des déchets de haute activité sera probablement finlandais. En novembre 2016, l'Autorité de Sûreté finlandaise, a autorisé la construction d'un centre de stockage profond pour les combustibles nucléaires usés à Onkalo. Posiva, l'agence équivalente de l'Andra en Finlande, est chargée de cette réalisation. Les travaux d'excavation ont commencé en décembre 2016.

L'exploitation du centre de stockage, appelé Onkalo, devrait démarrer d’ici 2023 et se poursuivre pendant une centaine d’années. Il est situé à proximité de la centrale nucléaire d'Olkiluoto et de son réacteur EPR en construction, à 300 km au nord-ouest de Helsinki

Onkalo sera construit à 400 m de profondeur avec un réseau de galeries percées dans le granit, en l'absence de sites argileux dans le pays. On y stockera 9 000 tonnes de combustible nucléaire usé, provenant des quatre réacteurs existants et des réacteurs en projet. Comme la Suède, la Finlande stockera directement ses combustibles usés.

Le projet prévoit deux installations, une usine de conditionnement du combustible usé en surface et un stockage souterrain, constitué d'un réseau de galeries construites au fur et à mesure des besoins. Les galeries conduisent à des puits d'une dizaine de mètres de profondeur où seront placés les colis.

Le granit étant une roche cristalline, il faut prévenir les risques de fracturations et d’infiltration d’eau. Les déchets seront placés dans de grands conteneurs en acier de conception suédoise qui seront ensuite recouverts d’une épaisse couche de cuivre, avant d’être entourées d’une coque d’argile gonflante et imperméable, la bentonite. Ce seront ces colis qui empêcheront en dernier ressort le relâchement, puis la migration de atomes radioactifs dans l’environnement.

Le programme finlandais est proche de celui de la Suède voisine. Le Parlement y a pris une décision de principe de stockage géologique, à l'issue d'un débat public qui lui a valu un consensus politique et économique remarqué. Initié dans les années 1980, le choix d'Okalo s'est appuyé sur la consultation des populations locales.

Source : CIGEOMag, Mars 2013 et Hiver 2015-2016