EN | FR

Incidents de transports



Des incidents mais pas d’accidents ...

Les transports de matières radioactives ont-ils causé des accidents ? Les craintes et la détermination de militants écologiques qui s’opposent à ces transports sont-elles justifiées ou sont-elles un aspect d’une opposition à l'industrie nucléaire dans son ensemble ?

Jusqu'ici il n’y a pas eu d’accidents de transports, seulement des incidents dont aucun n’a provoqué de disséminations notables. Il faut se souvenir que les matières radioactives transportées ne sont pas explosives. En cas d'accident, elles ne prennent pas feu comme un camion d'essence.

Suivi des transports
Les Transports de déchets très radioactifs, qu’ils soient par bateau, par route ou par le rail sont suivis à tous les instants. Ces transports sensibles font l'objet de réglementations très rigoureuses, édictées au niveau international par l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (IAEA) et aux niveaux nationaux par les organismes de sûreté.
DOE

À ce jour, AREVA a transporté plus de 50 000 assemblages de combustibles. Grâce aux précautions prises, les incidents de transports sont restés minimes et les leçons en ont été tirées.

Un des principaux incidents a été, en février 1997, la chute en port de Cherbourg d'un colis contenant du combustible irradié, par suite de la rupture d'un engin de levage. Les dommages étant superficiels, la chute n'a pas causé de dispersion de produits radioactifs.

En novembre 1991, trois wagons, transportant des châteaux de combustibles irradiés avaient déraillé, en gare d'Apach à la frontière franco-allemande sans produire de contamination.

Le plus médiatisé des incidents est survenu en gare de Valognes au printemps 1998. Des contrôles de contamination sur des châteaux de transports de combustibles irradiés mirent en évidence des contaminations supérieures aux normes, dues à un mauvais rinçage des ailettes de refroidissement. Les expertises montrèrent toutefois que les doses reçues par les personnes les plus exposées n'auraient pas dépassé 1 mSv selon le scénario le plus pessimiste. Après cet incident, des contrôles plus rigoureux ont été mis en place pour éviter de tels dépassements.

Incident de Valognes (1998)
Les ailettes à la surface du château de transport assurent le refroidissement du combustible usé à l’intérieur par circulation d’air. Le combustible usé étant chargé sous eau pour des raisons de radioprotection, la surface se retrouve contaminée par les éléments radioactifs présents dans l'eau de la piscine de chargement. Un rinçage intense et soigné vient à bout de cette contamination de surface. La contamination observée lors de l’incident de 1998 était due à un rinçage insuffisant. L'incident de Valognes a conduit à contrôler plus efficacement le ce rinçage.
Philippe Lesage/AREVA

Les déchets du retraitement sont conditionnés. Les plus radioactifs sont vitrifiés. Les déchets vitrifiés présentent peu de risque de dissémination. Le plutonium est conditionné sous forme d'oxydes en boîtes étanches. Sous forme d'oxyde PuO2, le plutonium est insoluble et peu mobile. Les transports de MOX utilisent des cylindres d'acier de 75 tonnes, de 6,1 mètres de longueur. Cet emballage est équipé d'un système de fermeture étanche et d'un capot absorbeur de chocs à chaque extrémité.

En cas d’immobilisation du château, l’épaisseur de 30 cm des parois protègent des radiations. Seuls les rayons gamma ne sont pas complètement arrêtés. Le risque concerne des travailleurs qui seraient amenés à s'approcher du château lors d'une intervention longue. L'ordre de grandeur de la dose est de 0,15 mSv par heure à 5 mètres, c'est-à-dire qu'il faudrait rester une journée à proximité du château pour s'exposer à une dose équivalente à la dose moyenne de radioactivité naturelle annuelle.

Il n’a pas eu de tentatives de vol. Voler un conteneur de plusieurs tonnes de matières radioactives n’est pas à la portée du premier venu. A supposer que le groupe dispose d’une radioprotection suffisante pour manipuler ces matières, il serait immédiatement localisé grâce au suivi du transport et n’échapperait pas aux poursuites.

SUITE : Sécurité des transports