EN | FR

Iran : 2003-2005



Iran : début de la crise et temps des occasions perdues

Retour chronologie nucléaire iranien



Source : Diaporama chronologique du Monde

Janvier 2002: L’Iran classé dans l’axe du mal
Le 29 janvier 2002, dans un discours sur l’Etat de l’Union qui fait suite aux attentats du 11 septembre 2001, le président américain George Bush classe l’Iran dans l’axe du mal avec l’Irak et la Corée du Nord. L’assimilation est malencontreuse. A cette époque, l’Iran est dirigé depuis 1996 par les réformateurs modérés du président Mohammad Khatami qui restera au pouvoir jusqu’en août 2005. L’obstination de l’Administration Américaine à refuser tout dialogue avec Téhéran comme si le pays n’avait pas évolué depuis la révolution de 1979 ne facilitera pas non plus les choses.
©White house photo by Eric Draper

2003



9 février : Annonce iranienne. Le président Mohammad Khatami annonce que son pays produira son propre combustible nucléaire pour ses futures centrales civiles.
21 février : Début des inspections Visite à Téhéran du directeur général de l'AIEA, Mohamed ElBaradei, pour vérifier que le programme nucléaire iranien ne dissimule pas la mise au point d'une bombe atomique. Début des inspections de l'AIEA.
19 juin: L'AIEA demande d'appliquer le protocole additionnel au TNP. L'AIEA demande à l'Iran d'appliquer le protocole additionnel au traité de non-prolifération nucléaire (TNP) soumettant le programme nucléaire à un régime de surveillance renforcé.
26 août : L'agence fait état de la découverte de traces d'uranium enrichi à des taux bien supérieurs aux nécessités civiles. Le 12 septembre, l'AIEA donne à l'Iran jusqu'au 31 octobre pour prouver qu'il ne met pas au point l'arme nucléaire.
21 octobre : L'Iran cède. L'Iran accède à toutes les exigences de l'AIEA : coopération "totale" avec l'agence, contrôle renforcé, suspension de l'enrichissement d'uranium, engagement à signer le protocole additionnel au TNP.
10 novembre : Absence de preuves. Selon l'AIEA, il n'y a pas de preuve que l'Iran est en train de mettre au point l'arme nucléaire. Les Etats-Unis réfutent cette conclusion.
18 décembre : Signature du protocole additionnel au TNP : L'Iran signe, à Vienne, le protocole additionnel au traité de non-prolifération (TNP).permettant d’organiser des inspections inopinées et approfondies des sites nucléaires.

2004



4 avril : Démentis L'Iran dément posséder des sites nucléaires secrets et soutient que la mise en service expérimentale du site de conversion d'uranium d'Ispahan ne viole pas ses engagements.
1er juin : Critiques de l'AIEA L'agence affirme avoir découvert en Iran de nouvelles traces d'uranium hautement enrichi et, .le 18, critique sévèrement les omissions de l'Iran.
Septembre : Montée des tensions Le 18, l'AIEA réclame la suspension de toutes les activités liées à l'enrichissement d'uranium. Le 21, l'Iran annonce avoir commencé la conversion de 37 tonnes de minerai d'uranium.
Novembre : Accord de suspension Le 15, l'Iran accepte de suspendre ses activités d'enrichissement contre la promesse européenne d'une coopération nucléaire, commerciale et politique. La suspension prend effet le 22, mais Téhéran déclare qu'il reprendra à terme l'enrichissement, auquel il "ne renoncera jamais".
13 décembre : Ouverture des négociations Début des négociations entre l'Iran et l'Union européenne, représentée par la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

8 août 2005 : la reprise de la conversion de l’uranium relance la crise
Techniciens iraniens poussant un conteneur de yellow cake vers la ligne de conversion en hexafluorure de l’installation de conversion d’Ispahan. La conversion de l’uranium, c’est-à-dire sa transformation sous forme gazeuse d’hexafluorure, est l’étape préalable avant l’étape autrement plus ardue de l’enrichissement en isotope-235. Cette opération relève de la chimie industrielle, mais nécessite des précautions en raison de la toxicité chimique de l’hexafluorure. La reprise des activités de conversion à l’usine d’Ispahan en août 2005 mit le feu aux poudres, l'Iran jugeant les offres de la troïka européenne (Grande-Bretagne, France, Allemagne) très insuffisantes au terme d'une suspension de près de deux ans.
Behrouz Mehri/AFP--Getty Images

2005 : le tournant



30 avril : Menace de reprise L'Iran annonce qu'il pourrait reprendre dans les prochains jours la conversion d'uranium à Ispahan. En février, Téhéran avait refusé de renoncer à la construction d'un réacteur à eau lourde, susceptible d'être utilisé à des fins militaires malgré l’offre d’un réacteur à eau légère. Les Européens mettent en garde l'Iran contre une reprise de la conversion. Le premier ministre britannique, Tony Blair, menace le 11 mai de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU. Le 25, les Iraniens acceptent, avant toute autre décision, que l'Europe leur soumette des "propositions détaillées" de coopération d'ici au début août.

8-9 juin 2005 - Iinspection à Natanz des inspecteurs de l’AIEA.
Août : Volte-face iranienne Le 1er août, l'Iran informe l'AIEA de sa décision de redémarrer l'usine nucléaire d'Ispahan. Le 5, Téhéran rejette comme "inacceptables" et "insultantes" les trente-quatre pages de propositions européennes de coopération, qui lui refusent la conversion et l'enrichissement. Et le 8, les Iraniens remettent en marche la centrale d'Ispahan. La reprise de la conversion de l’uranium entraîne la suspension des négociations avec le groupe UE3. Prise de fonctions du Président Ahmadinejad.
Septembre : L'Iran échappe au Conseil de sécurité de l'ONU Le 20, l'Iran menace de reprendre l'enrichissement, d'empêcher les inspections poussées de ses sites nucléaires et de quitter le TNP, en cas de saisine du Conseil de sécurité. Téhéran brandit l'arme du pétrole. Le 24, l'AIEA, divisée, adopte une résolution permettant le renvoi ultérieur du dossier devant le Conseil de sécurité de l'ONU.
Novembre : Refus d’une proposition russe Le 11, Moscou présente un plan, endossé par les Européens avec l'accord des Américains, pour enrichir l'uranium en Russie. L'Iran le rejette. Le 18, l'AIEA indique que les Iraniens disposeraient d'instructions pour la fabrication du "cœur explosif" d'une bombe atomique.
Décembre : Reprise des pourparlers Le 14, le président Ahmadinejad martèle que son pays ne cédera pas d'"un iota" sur le nucléaire. Le 21, les pourparlers reprennent à Vienne. Le 25 décembre, Téhéran rejette dans un premier temps une nouvelle proposition de Moscou, puis annonce quelques jours plus tard qu'elle sera finalement examinée.

Chronologie nucléaire iranien : 2008-2009, 2006-2007, 2003-2005