EN | FR

Préservation



Protéger le patrimoine

Les objets anciens ont subi les outrages du temps : « Enfouis sous terre, embourbés dans la vase, soumis aux intempéries, attaqués par des insectes ou des microbes, ces objets parfois modestes qui avivent notre intérêt exigent des efforts d’ingéniosité, de minutie et de patience, pour les faire revivre dans leur originalité ».

L’irradiation gamma offre un moyen de préserver certains objets du patrimoine. L’irradiation par les rayons gamma permet, non seulement la désinfection de ces objets, mais leur consolidation. Il est possible d’arrêter les causes de dégradation et de renforcer, par imprégnation, la structure des pièces les plus dégradées.

Irradiation de matériel etnnographique
Vue à travers un hublot de la Cellule d’irradiation Art-Nucléart. On aperçoit les barreaux de la source de Cobalt-60. Le hublot est constitué d’un verre contenant du plomb. Le verre au plomb est suffisamment épais pour absorber les rayons gamma du cobalt-60, ce qui permet d’observer sans danger l’opération. Des jauges permettent de suivre la quantité d’irradiation subie par les objets ainsi que leur température, et le cas échéant, de modifier par télécommande, la position de la source. © CEA
© CEA/Art-Nucléart
Cette technique est utilisée pour la conservation des biens culturels dans les domaines de l’art, de l’ethnologie et de l’archéologie. Les rayons gamma durcissent par polymérisation certaines familles de matières plastiques. Le durcissement se produit sur place. Ce phénomène est utilisé pour consolider des objets dégradés (bois, pierre) après les avoir imprégné à cœur d’une résine liquide.

La consolidation par irradiation gamma donne de bons résultats pour des objets ayant longtemps séjournés sous l’eau, qui supportent mal d’en sortir. On a ainsi pu récupérer certains objets récupérés autour de l’épave du Titanic.

Le rayonnement gamma, semblable aux rayons X, est encore plus pénétrant. Son action se fait sentir à l'intérieur de l'ensemble de l'objet irradié. Aucun recoin ne lui échappe. Il ne produit aucune radioactivité rémanente.

Radiographie gamma
Les musées nationaux et le musée national des arts asiatiques (musée Guimet) ont confié en 1997 trois précieuses statues de divinités khmères au département des applications des rayonnements ionisants du CEA à Saclay. Les rayons gamma du cobalt-60 plus pénétrants que les rayons X mettent en évidence les consolidations intérieures d’une de ces statuettes.
CEA/Saclay (Département des applications et de la métrologie des rayonnements ionisants)
On pratique également (à dose beaucoup plus faible) des radiographies de statues à l’aide de rayons X et gamma. Les rayons gamma offrent l’avantage de voir à l'intérieur d'objets épais et absorbants et de savoir, par exemple, si une statue a fait l'objet de restaurations.