EN | FR

Radioprotection



Où comment se protéger de la radioactivité ?

L'objet de la radioprotection est de protéger les personnes de la radioactivité. Il s'agit de diminuer l'exposition aux rayonnements chaque fois qu’on le peut en dehors de l’exposition incontournable à la radioactivité naturelle et de celle, parfois nécessaire, due aux utilisations médicales et industrielles de la radioactivité.

Tordons d'abord le cou à la croyance que la radioactivité serait contagieuse, une sorte de microbe. Ainsi, après l’accident de Fukushima une internaute nous demanda si elle devait serrer la main d'un visiteur japonais ! Un autre s'il était prudent d’acheter une voiture japonaise à Clermont-Ferrand !

Un atome radioactif se comporte comme un atome ordinaire en dehors du bref instant où il émet son rayon. Il n'est pas un microbe. Il ne se multiplie pas. Il n'a pas de descendance.

Ecrans de protection
Les pouvoirs de pénétration des quatre types de rayonnements sont très différents. Les rayons alpha et bêta étant peu pénétrants, il est facile de s’en protéger : il faut surtout éviter une irradiation interne. Les rayons gamma sont les plus pénétrants, ce qui permet de les détecter à distance en médecine, mais nécessite des blindages ou des mises en piscine dans le cas des assemblages sortant des réacteurs. Le cas des neutrons est particulier. Leur rayonnement est intense au voisinage du cœur des réacteurs mais il existe des moyens efficaces de les capturer.
IN2P3

Pour protéger, il faut connaître le risque, c'est-à-dire évaluer la dose de radioactivité reçue : activité en becquerels, dépôt d'énergie en grays et surtout dose biologique en millisieverts. La connaissance des effets des rayonnements en fonction de la dose contribue à réduire le risque encouru.

Les principes de protection relèvent du bon sens et dépendent du pouvoir de pénétration du rayonnement. Les moyens de protection sont très variés et souvent efficaces.

Dans le cas des expositions internes, il faut surtout éviter le contact et l'ingestion de substances radioactives. On se protège d'une irradiation externe par des écrans, notamment pour les rayons gamma, très pénétrants, les rayons alpha et bêta étant arrêtés par de très faibles épaisseurs de matière.

Irradiation et contamination
Les deux principaux dangers en radioprotection sont l’irradiation et la contamination. Le danger d’irradiation résulte des rayons gamma, et rayons X en médecine, émise par une source externe dont on se protège en interposant des écrans. Le danger de contamination est celui du contact direct de matières radioactives avec l’organisme par l’intermédiaire de la peau, l’ingestion de nourriture ou l’inhalation d’un air contaminé. Le danger résulte alors principalement des rayonnement alpha et bêta.
CEA

Les normes de protection sont fixées par une Commission internationale de protection radiologique (CIPR), fondée en 1928. Cette instance fixe une dose maximale admissible d'exposition en dehors de la radioactivité naturelle et des examens médicaux. Ces normes sont définies pour la population normale.

Les organismes de radioprotection fixent des normes de plus en plus prudentes. La dose maximale admissible définie actuellement pour le public correspond à environ 40 % de l'exposition à la radioactivité naturelle ce qui représente un seuil très faible.

Les normes sont plus élevées pour ceux qui, en raison de leur activité, sont amenés à manipuler des sources radioactives comme dans certains hôpitaux ou sont exposés à la radioactivité dans l'industrie nucléaire.

Vidéo de l'IRSN :


La vidéo montre les mesures de radioprotection renforcées dans la filière nucléaire qui vont de la fabrication du combustile au déchargement des matières radioactives après 3 années passées en réacteur, puis leur transport à l'usine de retraitement, la production et la manipulation de colis de déchets très radioactifs. et enfin les opérations de démantèlement en fin de vie des réacteurs installations nucléaires.