EN | FR

Radiothérapie RC3D



La Radiothérapie Conformationnelle 3D (RC3D)

La Radiothérapie Conformationnelle 3D (RC3D) est née avec l’arrivée du scanner. Il faut se rappeler qu’avant l’accès aux images 3D du patient, les radiothérapeutes orientaient les faisceaux de rayonnement sur le patient sans « voir » la maladie (sa position précise par rapport aux organes, son étendue, etc). Ils ne disposaient que de clichés 2D de l’anatomie du patient, où l’on visualisait principalement les repères osseux et non les tissus mous. Avec l’utilisation des images volumiques et l’amélioration progressive de la qualité des images, il est devenu possible de distinguer l’extension des tissus malades dans les 3 directions de l’espace et donc, de les délinéer. Sans ces contours, la RC3D n’existerait pas puisqu’il s’agit de conformer les faisceaux sur les volumes malades, en évitant le plus possible les organes à risques, les OARs.

La conformation fine des faisceaux est aujourd’hui principalement réalisée grâce à un collimateur multi lames, couramment dénommé MLC (Multi Leaf Colimator). Ce collimateur est composé de 2 bancs de lames symétriques, chaque lame d’un même banc étant associée en créneau à ses voisines afin de diminuer la fuite de rayonnement entre elles. Ces lames ont une précision de déplacement submillimétrique et font l’objet de nombreux contrôles de qualité durant toute la vie de la machine.

MLC
Collimateur multi-lames utilisé pour la mise en forme du faisceau

Grâce à ces progrès techniques, la RC3D est devenue la technique la plus courante de radiothérapie externe. Elle est aujourd’hui la technique de choix pour les traitements de certains cancers du sein (sans atteinte des aires ganglionnaires), les traitements de certaines métastases ou autres localisations assez périphériques.

TPS (treatment planning system)
Exemple de planification pour le traitement d’un cancer du sein
IN2P3

Les traitements de RC3D font l’objet d’une planification directe de la dose. C’est à dire que les faisceaux sont tout d’abord mis en place (nombre, orientation, forme, énergie, filtration, etc) et que la dose est calculée dans un second temps, en fonction des faisceaux planifiés.

Dose en RC3D
Exemple de distribution de dose obtenue pour le traitement d’un sein en RC3D
IN2P3