EN | FR

Le Rapport Franck



Des savants s'opposérent au largage des bombes sur le Japon

En juin 1945, peu avant le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, un groupe de physiciens de Chicago, ayant participé au projet Manhattan, proposa de révéler la bombe au monde par une démonstration au dessus d'une zone inhabitée, en présence de réprésentants des futures Nations Unies. Ce rapport qui porte le nom du prix Nobel de Physique James Franck fut présenté à Washington le 12 juin à un comité spécial du gouvernement américain, le comité interimaire. Le rapport suivait un mémorandum qui avait été présenté sans succès au Secrétaire d'Etat à la Guerre James Byrnes par Leo Szilard. C'est Leo Szilard qui avait signé avec Einstein en 1939, la lettre expliquant au Président Roosevelt la possibilité d'armes nucléaires et fut à l'origine de la prise de conscience du Président et à partir de 1942 du projet Manhattan.

Le mémorandum de Szilard exposait, avec une prescience remarquable de l'avenir, les conséquences de l'emploi de la bombe et en particulier le danger de la course aux armements nucléaires et à la prolifération qui allaient inévitablement en découler.

Le comité rejeta la solution d'une démonstration de l'arme, jugée séduisante, car elle épargnerait des vies humaines, mais impossible à concevoir d'une façon suffisamment convaincante pour amener la guerre à sa fin.

Le mémorandum de Szilard, le Rapport Franck honorent ces savants qui en pleine guerre cherchèrent à éviter la mort de dizaines de milliers de civils innocents. Le spectre des victimes de Hiroshima et Nagasaki continue de hanter depuis 1945 nos sociétés. Malgré tout, s'il n'y avait eu qu'une démonstration, la tentation aurait été grande de recourir à l'arme atomique lors des conflits survenus ensuite. En dépit de la course aux armements nucléaires des États-Unis et de l'Union Soviétique avec la constitution d'arsenaux à même de détruire notre planète, les dirigeants des grandes puissances ont fait preuve de sagesse. Pour les autres nations, un traité de non-prolifération accompagné de contrôles a été mis en place, un traité, certes imparfait, mais respecté à l'exception aujourd'hui de la Corée du Nord.

James Franck et Leo Szilard
Le rapport porte le nom de James Franck (1882-1965), physicien allemand, prix Nobel de Physique 1925, qui poursuivit après 1933 ses recherches aux Etats-Unis avant de participer au projet Manhattan. Eminent physicien, d'origine hongroise, Leo Szilard (1898-1964) émigra en 1938 aux Etats-Unis.
DR

EXTRAIT : Conclusions du Rapport Franck

Le développement de l’énergie atomique ne constitue pas seulement un important apport à la puissance technologique et militaire des États-Unis, mais il crée aussi de graves problèmes politiques et économiques pour l’avenir de notre pays.

Il n’est pas possible que la bombe atomique reste une « arme secrète » à la disposition exclusive de notre pays pour plus que quelques années. Les faits scientifiques à la base de sa construction sont bien connus des savants des autres pays. A moins que l’on ne puisse créer un contrôle effectif international des explosifs, la course aux armements atomiques commencera dès que le monde apprendra que nous possédons cette arme. En l’espace d’une dizaine d’années, les autres puissances peuvent avoir des bombes atomiques pesant moins d’une tonne et capables de détruire une surface urbaine de plus de 10 miles carrés. Dans la guerre où nous conduirait vraisemblablement une telle course aux armements, les États-Unis avec leur concentration d’industries et de populations dans un assez petit nombre d’agglomérations urbaines seraient handicapés à l’égard des pays où les populations sont dispersées sur d’immenses territoires.

Nous croyons qu’en raison de ces considérations, l’utilisation de la bombe atomique pour une attaque surprise prématurée au Japon est à déconseiller. Si les États-Unis étaient les premiers à déclencher ce moyen de destruction aveugle sur l’humanité, ils perdraient le soutien de l’opinion publique dans le monde entier, ils précipiteraient la course aux armements, et ils ruineraient les possibilités d’entente en vue d’un accord international pour le contrôle futur de telles armes.

On créerait un climat d’entente bien plus favorable à la conclusion d’un tel accord si l’on révélait pour la première fois au monde l’existence de la bombe atomique par une démonstration dans une région inhabitée dûment choisie.

Si l’on doit considérer que les chances d’aboutir à un contrôle effectif international des armes atomiques sont actuellement minimes, non seulement l’utilisation de ces armes contre le Japon, mais encore leur leur simple démonstration prématurée pourraient être contraires aux intérêts de notre pays. L’ajournement de cette démonstration aurait dans ce cas l’avantage de retarder aussi longtemps que possible le départ de la course aux armements atomiques.

Si le gouvernement se décidait en faveur d’une prochaine démonstration des armes atomiques, il aurait alors à tenir compte de notre opinion publique et de celle des autres pays avant de se résoudre à utiliser ces armes contre le Japon. De cette façon, les autres nations pourraient assumer leur part de responsabilité dans une si fatale décision.

Rédigé et signé par
- James Franck, Leo Szilard, Eugen Rabinowitch, Glenn Seaborg (Prix Nobel 1951 pour la découverte du plutonium), D. Hughes, T. Hogness, G.J. Nickson

Atomic Archives :The Franck Report