EN | FR

Rejets et effluents



Des rejets dans l'environnement faibles et maîtrisés

Rejets en mer à la Hague
Les effluents liquides de la Hague sont rejetés dans la mer par une canalisation qui part de l’anse des Moulinets à 60 m de la côte (M1) et dont l’exutoire est situé à 5000 m au large du Nez de Jobourg(M4). Les forts courants marins facilitent la dispersion des rejets, dont le principal d’entre eux, le tritium..
AREVA

Une partie des atomes radioactifs présents dans les combustibles usés des centrales nucléaires se retrouvent sous forme liquide ou gazeuse lors des opérations de retraitement. Au cours de ces opérations de multiples barrières sont érigées pour empêcher la migration de ces atomes radioactifs dans la biosphère.

Malgré les précautions prises, les barrières ne sont jamais parfaitement étanches : des effluents de faible et moyenne activité sont rejetés en petite quantité dans la mer ou l'atmosphère. Contrairement aux déchets solides qui sont conditionnés, concentrés et immobilisés, la réduction de la nocivité de ces rejets est obtenue grâce à une grande dilution.

Les précautions prises sont-elles suffisantes ? Les effluents de La Hague firent la Une de l'actualité en 1999. L'organisation Greenpeace installa une caméra sous-marine pour filmer la canalisation de rejets et envoya un ballon mesurer la radioactivité sortant de la cheminée de l'usine.

Activité des rejets gazeux et liquides
Activités gazeux et liquides observés à la Hague en 1999, 2000 et 2001. Il s’agit de rejet annuels. Les activités données en TBq (terabecquerels) sont comparées aux rejets maxima annuels autorisés (NB : depuis ces dates les performances ont eu tendance à s'améliorer). On notera que les principaux rejets en termes d’activité (Krypton 85 et tritium) sont des éléments peu toxiques. Les autres rejets sont très en dessous des limites imposées.
IN2P3 (source COGEMA/ S.Lebar, P.Devin)

L’usine de la Hague retraite près de 1000 tonnes de combustible usé par an en provenance de nombreuses centrales européennes. En 2000, elle avait relâché 29 grammes de tritium, un élément très actif en raison de sa période courte de 12,34 années. Ces quelques grammes, qui génèrent 10 millions de milliards de désintégrations par seconde (becquerels ou Bq), sont rejetés à la mer par la canalisation de l'usine sous forme d’eau tritiée.

Le becquerel a beau être une unité extrêmement dévaluée, ces activités apparaissent tout à fait impressionnantes. Mais elles ne constituent pas le bon critère. Pour les cellules de nos organismes ce sont les effets des rayonnements, les doses biologiques (les millisieverts) qui comptent davantage que les becquerels.

Dispersion du tritium dans la Manche
La dispersion du tritium dans la Manche fait l’objet d’une surveillance et de mesures, comme le montre cette carte tirée d’un rapport de l’IRSN. Sous l’effet des courants, ce sont surtout les côtes normandes qui sont affectées, avec un maximum de 5 Bq par litre dans les environs de Dieppe. A titre d’indication l’activité d’un litre de lait est de 100 Bq. Il faut noter que la toxicité radioactive du tritium est très réduite en raison de la faible énergie des rayons émis.
IRSN

Il se trouve que le tritium, une variante de l’hydrogène, est particulièrement peu nocif. Le tritium est éliminé généralement de l’organisme avant de se désintégrer et l’énergie déposée par ses rayonnements est très petite. Pour évaluer le risque encouru, chiffrons la dose subie par un original qui aurait bu un litre d’eau sorti de la canalisation. Ce calcul montre que l'imprudent s'est exposé à une dose supportable de 1,7 mSv, environ la moitié des 3,6 mSv annuels venant de la radioactivité naturelle et des examens médicaux. Une simple dilution dans 1 km3 de mer ramènerait ces 1,7 mSv à une dose inoffensive. Les forts courants du Nez de Jobourg qui emportent le tritium au large le diluent bien davantage.

Un raisonnement similaire peut être également fait avec le krypton-85 le principal rejet gazeux. Le krypton est un gaz noble incapable de réagir chimiquement et d’être fixé dans l’organisme.

Il est demandé à l’exploitant de réduire encore les rejets et un contrôle très strict de la composition et de l’activité des effluents lui est imposé, mais les seuils actuels ne présentent pas, contrairement aux inquiétudes parfois exprimées, de danger pour la santé.