EN | FR

Rejets radioactifs



Les sources d'irradiations et de contaminations

L'explosion du réacteur a entraîné des rejets radioactifs variés. Au total, on estime à près de 12 milliards de GBq (gigabecquerels), l'activité initiale des rejets qui ont été relâchés durant 10 jours dans l'environnement. Le panache radioactif, entraîné par les masses d'air jusqu'à 10 000 mètres d'altitude et dérivant au gré des vents, a disséminé sur la plupart des pays d'Europe des radioéléments tels que l'iode-131, le césium-134 et le césium-137. Du fait de sa courte période (8 jours), l'iode 131 a rapidement disparu.

Aujourd'hui, on décèle toujours la radioactivité due au césium-137.La grande majorité des éléments radioactifs dispersés à Tchernobyl étaient à courte période. Très actifs et dangereux lors de la catastrophe, comme l'iode-131, ils ont rapidement disparu. Les éléments qui subsistent 15 ans après l'accident, comme le césium-137 et le strontium-90, ne représentent que 1 % de l'activité des rejets initiaux. Le strontium qui n'émet pas de rayons gamma ne s'est pas propagé au loin. Reste le césium-137, moins toxique que l'iode, mais dont les effets diminuent lentement avec le temps.

Parcours des rejets de Tchernobyl
Grâce aux données mises en commun par les pays européens, il a été possible de reconstituer le trajet des poussières radioactives. La plus grande partie de la radioactivité relâchée s’est retrouvée dans les rejets émis le 26 avril 1986 qui, après s’être dirigés vers les pays scandinaves se rabattront ensuite vers l’est et le sud. Les rejets du 27 avril poussés vers l’ouest aborderont la France par l’est et le sud-est et traverseront le territoire entre le 30 avril et le 5 mai. Les trajets émis après le 27 avril contamineront l’est et le sud de l’Europe. IPSN
IPSN(IRSN)

De nombreuses mesures ont permis de reconstituer la carte de la contamination au sol au moment de l’accident. Un bon étalon de cette contamination est l’activité du césium-137 exprimée en kilobecquerels (kBq) par mètre carré, un radioélément significatif car encore présent aujourd’hui.Environ 45% du césium rejeté par l'explosion s'est déposé dans les Etats de l'ex-URSS, la Biélorussie étant la plus touchée : plus de 23% du territoire fut contaminé, c'est-à-dire qu'il a reçu plus d'un millioniéme de Curie ou 37 kBq/ par mètre carré.

Certaines régions ont même enregistré plus de 1500 kBq/m2. En Europe de l'Ouest, c'est en Autriche, en Allemagne, en Italie et en Scandinavie que les dépôts mesurés furent les plus élevés (quelques kBq/m2). En France, les dépôts les plus importants, dans l'Est du pays, n'ont pas dépassé les 6 kBq/m2, alors qu'il sont restés inférieurs à 750 Bq/m2 dans l'ouest du pays. Une activité de 6 kilobecquerels est un peu inférieure aux 8 kBq émis par notre corps.

Comparaison des surfaces contaminées
La répartition en surfaces du degré de contamination au sol due au césium-137, exprimée en kbq/m2 (kilobecquerels par mètre carré) varie beaucoup d'une partie de l'Europe à l'autre. En France, plus de 52 % du territoire a reçu moins de 1 kbq/m2 et les contaminations au-dessus de 10 kbq/m2 constituent l'exception. Les contaminations en Autriche, par suite du relief et des pluies, sont beaucoup plus élevées. La Biélorussie est la plus exposée en raison de la proximité de Tchernobyl.
IN2P3 (Source Atlas de Tchernobyl)

Ces dépôts se sont répartis de manière très inégale en taches de léopard. Des « pics » de dépôts radioactifs (quelques dizaines de kBq/m2 de césium-137) ont été observés localement en France du fait l'influence des précipitations et en raison du relief. Par exemple, le passage des masses d'air contaminées sur le massif alpin pendant un épisode de fortes pluies a donné lieu en altitude à des dépôts de neige contaminée. Ces dépôts, lorsqu'ils se sont produits sur des névés de printemps, ont pu se concentrer du fait de la dynamique de fonte propre aux névés et sont à l'origine de la concentration du césium sous la forme de points chauds.

1986 : Carte des contaminations de césium en France
Les pluies qui ramènent au sol les poussières radioactives donnent à la carte un aspect de peau de léopard. En France, les contaminations au sol les plus importantes ont concerné 180 communes de l’est du pays qui ont reçu des précipitations supérieures à 40 mm entre le 1er et le 5 mai 1986. Dans ces communes, dont 70 en Corse orientale, 50 dans le Jura et 30 dans la Drôme, les dépôts ont pu dépasser 30 kilobecquerels par mètre carré de césium-137 (NB : l’activité du corps humain est de 8 kBq).
IRSN
Par ailleurs, l'interception des aérosols par le feuillage, puis la chute des feuilles, ont entraîné une contamination de la litière de certaines forêts, comme dans les Vosges. Le césium s’enfonçant lentement, cette contamination se retrouvait concentrée dans les cinq premiers centimètres de la litière végétale plus de douze ans après l'accident.Ces concentrations restent très localisées et très inférieures à celles observées en Ukraine et Biélorussie.

SUITE : Nuage de Tchernobyl