EN | FR

Accident de Tchernobyl



1986 en Ukraine : le plus grave accident nucléaire

L'ampleur de la catastrophe survenue à la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, le 26 avril 1986 prit les autorités soviétiques au dépourvu. L'urgence imposa des conditions dramatiques, mais l'habitude du secret, celle aussi de ne pas avoir à rendre de comptes firent que ces autorités cachèrent 36 heures la nature de l'accident .

Le réacteur de Tchernobyl appartenait à la filière RBMK développée dans l'ancienne Union Soviétique et les pays d'Europe de l'Est. Il s'agit de réacteurs à uranium enrichi modérés au graphite et refroidis à l'eau bouillante, qui présentent des faiblesses, en particulier des instabilités de fonctionnement à faible puissance (*).

Les fragilités des RBMK ne furent pas la raison première de l’accident. Les opérateurs désactivèrent malencontreusement les systèmes de sécurité lors d’un essai à faible puissance alors que le réacteur était instable. De ce fait, Tchernobyl reste l’unique accident où le contrôle des fissions nucléaires fut perdu.

Une explosion suivie d'un incendie
La violente explosion qui souleva la lourde dalle servant de toit au réacteur fut suivie d'un violent incendie alimenté par la grande quantité de graphite présent dans le cœur. Après l’extinction de l’incendie qui dura plusieurs jours, de la vapeur s’échappe encore des ruines fumantes sur cette photographie de la BBC. Les rejets de radioactivité dus à l’explosion puis à l’incendie sont à l’origine du nuage de Tchernobyl.
UPPA/BBC News 1986

Le 26 avril 1986, au cours d'une expérience d'amélioration de sécurité, et à la suite de plusieurs erreurs de jugement, un réacteur de la centrale de Tchernobyl s'emballe et explose. L'équipe de conduite avait voulu profiter d'un arrêt du réacteur pour étudier le refroidissement du cœur dans l'éventualité d'un non démarrage des circuits de secours.

Elle a fait fonctionner le réacteur à des régimes interdits par des consignes d'exploitation et a supprimé les dispositifs de sécurité permettant de l'arrêter. Il a fallu six erreurs humaines graves pour engendrer la catastrophe.

Une violente explosion souleva la dalle couvrant le réacteur. Puis la grande quantité de graphite qui servait à ralentir les neutrons prit feu. Il fallut plusieurs jours pour venir à bout de l'incendie dans des conditions extrêmes, une radioactivité mortelle s'ajoutant à l'enfer des flammes. Du cœur du réacteur éventré et laissé à nu, s'échappèrent de grandes quantités de matières radioactives.

Survol du réacteur accidenté
Un hélicoptère survole le site de Tchernobyl quelques jours après l’accident pour permettre aux experts d’évaluer les dommages s subis par le réacteur. (Ukraine, 1986)
Ukrainian Society for Friendship and Cultural Relations with Foreign Countries

L'absence d'une enceinte de sécurité extérieure a aggravé son ampleur. Environ 4 % des substances radioactives contenues dans le réacteur furent rejetées dans l'atmosphère, dont 50 % du césium et de l'iode et 100 % du xénon. Le nuage radioactif s'éleva à 10 000 mètres d'altitude. Les vents l'ont étalé sur des millions de kilomètres carrés et l'ont entraîné vers l'ouest et le nord de l'Ukraine. Au moment de l'émission, l'activité du nuage provenait pour 46 % d'iode-131, 36 % de tellure 132, 7 % de baryum-140, 4 % de césium-137 et 2 % de césium-134 (*).

Les doses reçues dans les trois ans après l'accident par les 273000 personnes habitant les zones contaminées près de la centrale sont en moyenne de 35 mSv et varient de 5 à 200 mSv. Les doses reçues par les populations européennes varient de 0,05 à 0,5 mSv l'année de l'accident. Rappelons que la radioactivité naturelle nous expose à environ 2,4 mSv par an. Nos sociétés prospères oublient parfois que la catastrophe est d'abord ukrainienne, biélorusse et russe. Ses victimes passées et futures le sont aussi.

Novembre 2013 : L'IRSN a établi un dossier qui propose une comparaison entre l’impact environnemental de l’accident de Tchernobyl et l’accident de Fukushima Daiichi au Japon en 2013. Accès au dossier

On pourra lire aussi une autre intéressante comparaison par l'IRSN des accidents de Tchernobyl et de Fukushima datant d'octobre 2012 : Comparaison Tchernobyl-Fukushima, Didier Champion (IRSN)