EN | FR

Transports radioactifs



Les transports de matières radioactives sont-ils dangereux ?

Déchargement d’un château de transport
Déchargement dans le port de Cherbourg du Pacific Sandpiper, un bateau spécialisé dans le transport de matières radioactives entre le Japon et la France. Dans un sens, des emballages de combustibles usés de centrales japonaises sont déchargés pour être traités à la Hague. Plusieurs années après, les assemblages de combustible MOX et les déchets vitrifiés produits du retraitement sont renvoyés au Japon. Ces transports par mer sont rares. Ils sont très contrôlés.
SIDNEY JEZEQUEL /AREVA

Quels dangers présentent les transports de matières fortement radioactives ? Pour empêcher de tels transports, des militants antinucléaires s'attachèrent plusieurs fois à des rails pour bloquer des convois transportant du combustible nucléaire irradié ou des déchets vitrifiés venant d'Allemagne ou y allant. En 2004, l'un deux n'arriva pas à se défaire de ses liens à l'arrivée du train et périt tragiquement.

Quelles sont les précautions prises et quels sont les dangers des transports de matières radioactives ? La grande majorité - 90 % - sont des transports de sources radioactives notamment pour la médecine nucléaire dans les hôpitaux. Pour ces petits transports, les distances sont généralement courtes et les activités radioactives modestes. Les précautions prises obéissent aux règles standards de la radioprotection.

L'industrie nucléaire est responsable du 10 % restant, des transports beaucoup plus conséquents. Ceux qui présentent le moins de riques sont ceux liés à la fabrication des combustibles qui précèdent l'entrée en réacteur. Leur nombre est environ de 300 par an en France. L'uranium naturel ou enrichi pèse lourd, mais il est peu radioactif. Par exemple, les risques liés au transport de l'hexafluorure d'uranium de l'usine de conversion à l'usine d'enrichissement sont plus chimiques que radiologiques.

Beaucoup plus critiques sont les transports liés aux combustibles usés sortis des réacteurs. Des matières hautement radioactives tenues en temps normal à l'écart du monde vivant sont amenées à voyager par le rail, la route ou encore par mer : combustibles usés (450), poudres d'oxydes de plutonium et combustibles MOX issus du retraitement. Les colis hautement radioactifs sont emballés dans des "châteaux de transport", massifs et épais conteneurs à même de résister aux chocs et incendies, d'absorber l'intense rayonnement gamma émis et d'évacuer la chaleur dégagée. Les déchets vitrifiés étrangers, produits à l'usine de retraitement de la Hague, sont amenés à retourner dans leur pays d'origine. Cela a été le cas par rail pour l'Allemagne et par mer pour le Japon. De tels retours sont rares et très contrôlés.

Château de transport de déchets vitrifiés
Les déchets vitrifiés sont renvoyés à la compagnie d'électricité propriétaire s’ils ne proviennent pas de centrales françaises. On voit ici le chargement des conteneurs de déchets vitrifiés dans un emballage (appelé château) de transport TN28V, spécialisé mais semblable dans son principe à ceux utilisés pour le transport d'autres matières fortement radioactives comme le combustible irradié.
COGEMA/Sydney Jezequel

En sortie du retraitement à l’usine de la Hague, les déchets vitrifiés et les matières valorisables appartenant à des compagnies étrangères sont renvoyés à leurs propriétaires parfois au delà des mers. Aux Etats-Unis, les combustibles usés sont actuellement entreposés auprès des réacteurs. Ils devront un jour transiter sur de longues distances vers le site de stockage qui devrait remplacer à l'avenir celui de Yucca Mountain dans le Nevada.

A côté du risque d'une dissémination accidentelle, il y a celui de vols ou d'actions terroristes. Ces transports sensibles font l'objet de réglementations très rigoureuses, édictées au niveau international par l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (IAEA) et aux niveaux nationaux par les organismes de sûreté.

Les dangers ne doivent être ni minimisés, ni surestimés. Les transports de combustibles et de déchets concernent des volumes extrêmement faibles en comparaison de ceux nécessaires pour l'approvisionnement en pétrole, étant donné qu'un gramme de plutonium produit autant d'énergie qu'une tonne de pétrole. Les retours par mer au Japon de Mox et plutonium se comptent sur les doigts d'une main et ne sauraient être comparés à l'armada assurant le trafic pétrolier. Les transports sophistiqués du nucléaire sont très réglementés et surveillés. Depuis qu'ils existent ils n'ont pas été à l'origine d'accidents notables.

Etat des lieux en 2016 : Transports sous surveillance, Isabelle Jouette (RGN Août 2016)

SUITE : Sécurité des transports
SUITE : Incidents de transports