EN | FR

Curiethérapies



La plus ancienne thérapie nucléaire aujourd'hui modernisée

La Curiethérapie est la plus ancienne application thérapeutique de la radioactivité. Dès 1901, à l'époque de Pierre et Marie Curie, on prend conscience de l'effet des radiations et de la possibilité de les utiliser à des fins médicales en mettant en contact les substances radioactives avec les tumeurs quand elles sont externes ou accessibles.

Préparées en collaboration avec la laboratoire Curie, des aiguilles radioactives sont appliquées dans le années 20 dans les tissus malades ou dans les supports moulés adaptés aux zones à traiter. L'Institut du Radium publie ses premières analyses de résultats sur des cancers du corps utérin. Les ampoules ou aiguilles radioactives au radium (un élément naturel très rare) sont aujourd'hui remplacées par des radioéléments artificiels. Le principal, employé aujourd'hui sous forme de sources scellées, est le l'iridium-192 dont la période radioactive est de 74 jours.

La curiethérapie permet de traiter, de façon spécifique ou en complément d'un autre traitement, des tumeurs cancéreuses, notamment de la sphère ORL, de la peau, du sein ou des organes génitaux.

La curiethérapie à bas débit est la plus répandue. Elle délivre des débits de dose de 0,4 à 2 Gray (Gy) par heure et nécessite l'hospitalisation du patient durant plusieurs jours. Les sources d'iridium-192 sont destinées aux applications à l'intérieur des tissus. Elles se présentent le plus souvent sous forme de fils de 0,3 à 0,5 mm de diamètre, ayant une longueur maximale de 14 cm. L'activité de ces sources est de l'ordre du ou de quelques milliards de becquerels (GBq). Les curiethérapies endocavitaires (à l'intérieur de cavités naturelles) utilisent soit des fils d'iridium-192 soit des sources de césium-137. Les sources restent en place toute la durée de l'hospitalisation du patient.

Curiethérapie du sein à l'iridium-192
Pour une curiethérapie à haut débit, la taille d'un implant d'iridium radioactif est de l'ordre du milllimêtre L'implant est soudé à l'extrémité d 'un câble destiné à être inséré dans le cathéter montré sur l'image avec son bouchon. Une règle graduée et une pièce de 10 cents donnent l'échelle. Le cathéter est mis en place au préalable dans le tissu cancéreux. L'insertion et le positionnement de la source radioactive dans le cathéter sont commandés à distance. La coupe du sein à droite, montre les points où les cathéters seront insérés pour entourer la tumeur.
Arizona Oncology Services

La pose des sources s'effectue dans une salle d'application blindée, où les tubes qui contiendront les sources sont mis en place sur le patient et leur bon positionnement est contrôlé par des clichés radiologiques ; puis les sources radioactives sont introduites à l'aide d'un « projecteur de sources » dans une chambre protégée.

La curiethérapie pulsée à moyen débit est appelée à se développer. Cette technique délivre des doses identiques à celles de la curiethérapie à bas débit mais réparties sur des temps plus courts (cf. note) . Les irradiations sont fractionnées en plusieurs séquences (pulses). Le patient ne porte pas en permanence des sources, ce qui améliore son confort et lui permet de recevoir des visites. La radioprotection des personnels est améliorée car ils peuvent intervenir auprès du patient entre les séances.

Curiethérapie à haut débit
Curiethérapie à haut débit du sein dans un hôpital de l'Arizona aux USA. L'agrandissement montre des cathéters creux dans lesquels des sources d'iridium sont insérées. Les cathéters sont maintenus en place aux deux extrémités par des boutons. La machine télécommandée à droite délivre et positionne les sources radioactives dans les cathéters. Le traitement qui dure une dizaine de minutes a lieu dans une chambre blindée. Le protocole prévoit deux séances séparées d'au moins six heures, entre lesquelles la patiente peut quitter la clinique. Une dose fractionnée est plus efficace et plus sure qu'une dose délivrée en une seule fois.
Arizona Oncology Services
La curiethérapie à haut débit utilise une source d'iridium-192 de quelques millimètres, d'activité beaucoup plus forte (jusqu'à 370 GBq) et délivrant des débits de dose supérieurs à 12 Gy/h. Un projecteur de source comparable à celui employé pour la curiethérapie pulsée est utilisé. Les temps de traitement durent quelques minutes au maximum. Les irradiations sont conduites dans un local s'apparentant à une salle de radiothérapie externe et disposant des mêmes dispositifs de sécurité.

La curiethérapie à haut débit est utilisée principalement pour le traitement des cancers de l'œsophage et des bronches.

Voir aussi :

Le radium