EN | FR

Étalonnage datation C14

Corriger les mesures pour améliorer la précision des âges



Pour des datations peu anciennes, l'étalonnage de la formation de radiocarbone en fonction des années repose sur la « dendrochronologie », c'est-à-dire l'examen de troncs d'arbres abattus. La section d'un tronc d'arbre est un extraordinaire témoin de la vie végétale. Chaque anneau correspond au bois formé une année donnée. En comptant les anneaux, on date l'année. En mesurant la teneur en carbone-14 d'un anneau, on mesure l'activité d'un échantillon de l'année en question. On recale ainsi la datation au carbone-14.

Dendrochronologie
Section droite de châtaigner montrant les cernes de bois utilisés en datation. L'étude des cernes d'arbres donne des âges réels qui sont comparés aux âges obtenus par la datation au carbone-14 sur les mêmes échantillons. Grâce à cette technique, on a pu étalonner la datation au carbone-14 jusqu'à 11400 ans en arrière.
CNRS

Les redwoods et les séquoias des forêts de Californie servent à remonter ainsi jusqu'à 2000 ans en arrière. Les arbres fossiles donnent accès à des temps plus anciens. Comme l'épaisseur des anneaux dépend du climat de l'année, des séquences caractéristiques d'anneaux permettent de confronter des arbres fossiles à de très vieux arbres qui ont été leurs contemporains. De proche en proche, par recoupements d'un tronc à l'autre, on raccorde la séquence des anneaux jusqu'à un passé vieux de 11000 ans. En comparant l'âge réel d'un anneau à son âge calculé à partir de sa radioactivité, on obtient la correction à appliquer aux âges calculés par la datation au carbone-14.

La dendrochronologie ne permet pas d'aller plus loin que 11000 ans. Au-delà, on recourt à une autre technique pour étalonner le carbone-14 : la datation de coraux fossiles par la méthode des déséquilibres de l'uranium-thorium. L'étalonnage est obtenu en comparant pour ces coraux les âges donnés par le carbone-14 et l'âge calculé à partir des proportions d'uranium-234 et de thorium-230.

Au-delà de 20000 ans d'âge, le recalage par le rapport l'uranium-thorium devient difficile. Des méthodes d'étalonnage géomagnétique suggèrent qu'entre -20000 et -40000 ans, l'intensité du champ magnétique terrestre, qui sert de bouclier contre le rayonnement cosmique, était plus faible que maintenant. En sens inverse, la production de carbone-14 était sensiblement plus forte.

RETOuR : Datation au carbone-14