EN | FR

Quel coût ?



Comparaison des options de retraitement et de non-retraitement

Quelle est l’option la plus coûteuse pour le combustible usé des réacteurs ? Retraiter ou ne pas retraiter ? La comparaison est difficile car les phases finales de la gestion - stockage , voire incinération – sont encore à l’état d’études. Selon un rapport parlementaire, l’horizon de mise en service du stockage géologique pour les déchets de haute activité serait en France de 2020-2025.

A priori, ne pas retraiter le combustible usé semble économique. Le retraitement est une opération coûteuse : il faut manipuler des matières très radioactives, pratiquer une chimie chaude et éviter des rejets. Au contraire, quand l’on ne retraite pas, les matières radioactives sont entreposées dans des piscines à proximité des centrales. Il n'y a pas de difficultés de principe à entreposer pendant des dizaines d'années, si une maintenance et une surveillance efficaces sont assurées. Quelque soit la qualité de la surveillance, cette situation ne saurait se perpétuer indéfiniment. On n’échappera pas à la nécessité d’un conditionnement soigné, ne serait-ce qu’en raison de la forte toxicité radioactive du plutonium. Il faudra enfouir un volume plus important de matières radioactives.

Aux Etats-Unis où le site de stockage de combustibles usés Yucca Mountain a été abandonné, on s’intéresse depuis peu au volume plus faible des déchets retraités. Retraiter offre en effet l'avantage de réduire considérablement la taille et donc le coût des installations qu'il faudra construire pour enfouir les déchets ultimes.

Répartition des coûts du kWh nucléaire
Dans le coût du kilowattheure d'origine nucléaire, les opérations de « l'aval du cycle » n'entrent que pour 12 %. Ces opérations vont de la sortie du combustible irradié en réacteur jusqu'au stockage des déchets, et incluent le retraitement. Ces 12 % sont à comparer aux 20 % de l'amont du cycle (extraction et enrichissement de l'uranium), aux 15 % d'amortissement de la centrale et surtout au 43 % des dépenses d'exploitation (source EDF).
IN2P3

Le coût du retraitement a été évalué au début des années 2000 à 62 500 € le mètre cube de déchets de faible ou moyenne activité à vie longue, et à 640 000€ le mètre cube de déchets de haute activité. Un tarif à prix d'or qui serait prohibitif si le volume de ces matières n’était pas modeste (2700 m3 accumulés en France selon l'inventaire de l'ANDRA de 2012). Le coût de la gestion des déchets, inclus dans le tarif du kilowattheure nucléaire, n'a qu'une incidence faible sur ce dernier. Cette source d'énergie est d'ailleurs la seule à prendre en compte ses nuisances dans le prix de revient.

Le recyclage du plutonium avec le combustible MOX économise le coûteux enrichissement en uranium-235 nécessaire pour le combustible à l’uranium. La fabrication du MOX nécessite beaucoup de radioprotection, mais chimiquement elle se réduit au mélange de poudres d'oxydes de plutonium et d'uranium naturel.

Coût du retraitement et du non-retraitement
Selon une étude de l'OCDE de 1999, les coûts du retraitement du combustible et d'un stockage dans l'état sont comparables. Le surcoût du retraitement est en partie amorti par l’économie réalisée par le recyclage du plutonium pour fabriquer du combustible MOX. Dans cette comparaison, il n'est pas tenu compte du stockage final à venir, ni de la protection inchiffrable de l'environnement résultant de la vitrification des déchets.
IN2P3/Source Rapport OPECST

Selon le CEA, la poursuite au-delà de 2010 du retraitement et du recyclage dans les réacteurs REP actuels, économiserait 5 % d'uranium et réduirait de 12 à 15 % les quantités de plutonium à gérer. Le surcoût global du retraitement et du recyclage pour le consommateur était en 2001 seulement de 1,3 % par KWh, soit environ 0,2 centimes d’euros.

Ces comparaisons ne prennent pas en compte la protection améliorée de l’environnement apportée par la vitrification des déchets de haute activité. Elles ne prennent pas en compte non plus la possibilité, avec un retraitement sans doute différent, d’aboutir à un nucléaire plus propre et compatible avec un développement durable.