EN | FR

Trois rayonnements



Trois lettres de l'alphabet grec pour trois rayonnements

Trois rayonnements
Ce schéma repris de Marie Curie, illustre l’action d’un champ magnétique sur les rayonnements de radioactivité. Les rayons alpha déviés vers la droite étaient chargés positivement, les rayons bêta, déviés vers la gauche, négativement , alors que les rayons gamma allant tout droit étaient neutres. Plus tard également, après 1932, on observera des rayons bêta déviés vers la droite (Ce sera le rayonnement bêta-plus).
IN2P3

Dans les années qui suivent la découverte de la radioactivité, des physiciens se consacrent à l'étude des propriétés des éléments radioactifs.

Ils établissent que les rayonnements émis sont de trois types selon leur degré de pénétration et leur charge électrique : alpha, bêta et gamma.

Ernest Rutherford identifie le rayonnement alpha à des noyaux d'hélium et les rayons bêta à des électrons. Il montre en 1902, que ces rayonnements accompagnent la transformation de certains corps en corps différents, une transmutation des atomes.

En 1900, Paul Villard à l'Ecole Normale identifie les rayons gamma à des photons de grande énergie et de même nature que les rayons X.

Phénomène aléatoire, la radioactivité est gouvernée par une loi de décroissance radioactive. De 1901 à 1903 au Canada, Ernest Rutherford et son jeune élève Frédéric Soddy mettent en évidence que la « période » est une caractéristique de ces décroissances, chaque élément ayant sa période propre.

Les physiciens observent qu'il existe des filiations radioactives. Le polonium et le radium extraits par Pierre et Marie Curie de la pechblende sont les descendants de l'uranium.

Ils mettent en évidence que la radioactivité est accompagnée de la transmutation d'un élément en un autre.

SUITE : Ernest Rutherford