EN | FR

Usages du radium


Les roches du Massif-Central sont faiblement radioactives. A l’époque où le radium passait pour un argument publicitaire, une célèbre source thermale mettait en avant cette radioactivité. Elle n’aurait pas l’idée de le faire aujourd’hui. En réalité l’exposition à la radioactivité due à la présence des descendants de l’uranium dans les roches ne présente pas de danger pour la santé, même dans des régions granitiques comme le Massif-Central. Les curistes peuvent boire sans crainte les eaux de ces sources.
ANDRA

Métal aujourd'hui oublié, le radium fit sensation lors de sa découverte. Le nouvel élément était rare et cher, spontanément lumineux, et il émettait une quantité prodigieuse de rayonnement et d'énergie : 1,4 million de fois celle de l'uranium découvert par Becquerel. C'était le plus radioactif des éléments que l'on pouvait voir et peser.

Les rayonnements du radium devinrent un formidable outil pour l'exploration de la structure microscopique de la matière. Les applications de la médecine commencèrent dès la fin de 1901. Un nouveau domaine fut créé pour regrouper toutes les applications thérapeutiques où le radium est présent : la curiethérapie ou radiumthérapie.

Aiguille au radium
Aiguille au radium pour usage médical. Le radium a été a l'origine des premières utilisations de sources radioactives à des fins thérapeutiques. Les aiguilles de radium, qui étaient rigides, sont aujourd'hui remplacées par des fils souples d'irridium-192. Les sources radioactives sont utilisées sous formes de tubes qu'on introduit dans les cavités naturelles ou qu'on implante dans les tissus. La curiethérapie demeure aujourd'hui le traitement de choix pour le cancer du col de l'utérus, un cancer fréquent et grave.
ANDRA
Les besoins de la médecine de l'époque conduisirent à réaliser des objets très divers mettant en œuvre de très petites quantités de radium. Il s'agissait d'aiguilles et de tubes ou encore d'applicateurs contenant du radium. Entre 1910 et 1930, ils équiperont de nombreux hôpitaux et cliniques. Les aiguilles et tubes de radium qui étaient rigides sont aujourd'hui remplacés par des fils souples d'irridium-192.

A la fin de la guerre de 1914-18, la demande est telle que le produit se fait rare et cher, ce qui provoque l'intérêt d'industriels pour un élément dont un gramme atteint le prix d'une maison de bon standing dans Paris. Une société belge, l'Union minière du Haut Katanga, développa une production de radium à partir d'un gisement congolais riche en uranium.

Réveils Bayard
Une des premières utilisations du radium fut de rendre lumineux les chiffres sur les cadrans des pendules, réveils et boussoles. Des traces de radium, ajoutées à une suspension de sulfure de zinc, provoquent une luminescence. En 1949, à l’époque de cette publicité pour les réveils Bayard, des précautions étaient depuis longtemps prises pour la peinture des cadrans.
ANDRA
L'engouement pour le radium entretiendra la demande, mais le seul usage industriel sérieux sera celui des peintures luminescentes pour les montres et réveils qui durera jusque dans les années 1960. Bien que ces peintures contenant des traces de radium aient été abandonnées depuis longtemps, il a fallu effectuer des contrôles radiologiques dans les anciennes usines horlogères (Bayard, Lip, et Jaz) et parfois procéder à des décontaminations.

Aux Etats-Unis, les ouvrières victimes de cancer parce qu'elles léchaient les pinceaux servant à peindre les aiguilles des réveils ont été sorties de l'oubli à l'occasion d'un livre poignant paru en 1999 (cf.note) Il était difficile de relier les pathologies observées à un produit miracle vanté pour ses bienfaits, mais, une fois la relation établie, des palabres juridiques retardèrent les mesures nécessaires. Glenn Seaborg n'avait pas oublié cette tragédie en 1944 quand il imposa les premières mesures de radioprotection à l'aube du projet Manhattan.

SUITE : Radiofolies